Text’elles ou raconte-moi des histoires

Le Maga, petite galerie située dans le quartier branché du Parvis à Saint Gilles accueille depuis vendredi et jusqu’au 8 juin une exposition intitulée Text’Elles. C’est donc un rendez-vous autour du texte et du textile qui est proposé avec un regard féminin sur le rapport entre écriture et matière. Profitez d’une occasion, que ce soit le Parcours d’artiste à Saint-Gilles ou la Nuit des galeries et n’hésitez pas à pousser la porte. De l’autre côté vous découvrirez l’univers très personnel de cinq artistes.

Je ne pourrais prétendre porter un regard objectif sur cette exposition. Et c’est bien là mon intérêt. Rechercher de l’émotion, une émotion. Rechercher la réflexion et se sentir voyager. 

D’abord, découverte de l’endroit. Une petite galerie tenue par des passionnées qui œuvrent à mettre en avant une (jeune) scène artistique belge. Un lieu, dans un bâtiment à l’âme bien bruxelloise : Le Maga. On aime bien sa vitrine, le revêtement du sol qui est d’époque et ce petit supplément de quelque chose qui s’en dégage. Ne manquez d’ailleurs pas de vous y rendre par la rue Vanderschrick et laissez-vous surprendre par la succession de maisons Art Nouveau plus ou moins bien conservées mais en tout cas de grande qualité avec au coin la splendide brasserie La Porteuse d’eau.

De retour à nos text’elles-euses, j’ai aimé ! Une ou deux pièces par artiste, cinq artistes, cinq univers. Différents, interpellants.

J’ai aimé découvrir l’essence des mots dans les sculptures de Jot Fau. Deux fois deux mots pour exprimer l’essentiel.

Christine Hermans nous fait voyager dans l’histoire de l’objet avec le texte comme lien entre le recto-verso, le passé-présent.

Olga Mathey nous interpelle, étonnant contraste entre une position figée face à l’oeuvre et un cerveau bouillonnant de pensées à la lecture de son texte.

Une émotion de l’ordre de l’esthétique quand mon regard se plonge dans le mouvement du textile rose de Jot Fau. Une parenthèse galante, comme un petit voyage avec Christine Hermans et finalement du rock and roll avec la broderie tout en contraste d’Olga Mathey.

Il ne faut pas être initiée pour dialoguer avec leurs œuvres ce qui appréciable, surtout quand on n’est pas initié 🙂 …  

Je ne manquerai pas d’assister à la soirée de finissage le 8 juin avec une lecture-bruitée d’Olga Mathey qui me fera sortir de ma zone de confort. J’en suis certaine.

Maintenant, à vous de juger !

Infos pratiques :

Le Maga Rue Jean Volders 56 – 1060 Saint-Gilles

vendredi 25 mai : 18h-21h30 vernissage

samedi 26, dimanche 27 mai : 16h-19h

mercredi 30 mai: à partir de 18h30  à l’occasion de la Nuit des galeries

vendredi 1, samedi 2 et dimanche 3 juin : 16h-19h

vendredi 8 juin : finissage 18h-21h30 avec lecture-bruitée « CABANE.MURMURE » d’Olga Matheys à 20h