Le Musée Yves Saint Laurent with Love from Paris

Le 3 octobre 2017, moins d’un mois après la mort de Pierre Berger qui a porté le projet, le musée Yves Saint Laurent ouvre ses portes au 5 avenue Marceau à Paris. Etabli dans son ancien atelier ce musée aurait pu tomber dans les travers d’un musée monographique fermé sur lui-même. Loin de là, il est plein d’ouverture sur le monde, sur le 20eme siècle, son histoire et ses tendances. Il offre un point de vue sur les savoir-faire et les métiers d’art qui font la fierté et la renommée de la France. Le Musée a d’ailleurs reçu l’appellation “Musée de France”. Ceci implique notamment l’inaliénabilité de ses collections. Avec comme fil conducteur l’amour, il offre une occasion unique de découvrir le monde de la haute couture à travers le regard et la passion de deux hommes : Yves Saint Laurent et Pierre Berger.

La robe de mariée

Une scénographie géniale :

La scénographie est actuelle et parlante. Le propos est clair et le visiteur comprend très vite le message qu’il doit en retenir.

Le média vidéo apporte une véritable plus-value à la visite. On a apprécié l’usage de la vidéo dans la salle “Les savoir-faire”. La vidéo y offre l’occasion d’appréhender l’exigence d’un métier, l’importance accordée aux détails et à la précision. Quelle richesse de pouvoir découvrir des métiers tels que tisserands, brodeurs ou plumassiers.

La vidéo apparaît également comme un complément enrichissant dans la salle “Hommage à la mode”. Chaque robe exposée est montrée en parallèle dans une vidéo lors de sa présentation au défilé. Cette mise en avant de la réalité en mouvement est un magnifique témoignage du génie d’Yves Saint Laurent. On peine à croire qu’il s’agit de la même robe. On comprend alors à travers la vidéo la capacité de projection d’YSL qui combine dans une harmonie parfaite la création textile, le corps de la femme et l’espace.

Une petite souris. La scénographie offre aussi une chance, on peut le nommer ainsi, de se glisser le temps d’une visite dans l’intimité d’Yves Saint Laurent. La maison semble encore habitée, son studio intact n’attend plus que son arrivée imminente. Même ses lunettes sont posées sur son bureau. En filigrane de la visite la musique du film l’amour fou place le visiteur dans une dimension très humaine et intimiste.

Mais en parallèle et dès la première salle le musée permet au visiteur de se familiariser avec un processus plus universel : une maison de haute couture comprenant des ateliers, coordonnant des savoir faire multiples, des exigences absolues, une équipe. Une une entreprise gérée avec génie par Pierre Berger

Atelier d'Yves Saint Laurent
Atelier d’Yves Saint Laurent

Tradition, modernité et savoir-faire une question de patrimoine

“Mes plus beaux voyages, je les ai faits avec des livres, sur mon canapé, dans mon salon”

Le musée offre une occasion de se plonger dans l’univers créatif et les sources d’inspiration d’Yves Saint Laurent. Puisant dans le passé et dans le monde qui l’entoure il en offre une interprétation toujours contemporaine et sans aucun doute visionnaire. Qu’il s’agisse du travail de libération du corps de la femme entamé par Paul Poiret, de l’interprétation d’œuvres picturales ou finalement de sa vision de l’exotisme et des contrées lointaines.

Ce qui sort en commun de son travail c’est une capacité à intégrer un patrimoine, une valeur culturelle et à en offrir une autre proposition qui ouvre à de nouveaux questionnements et possibles. C’est ainsi qu’YSL, qui  avait lui-même compris la porté de son travail en entamant dès 1964 une démarche de conservation, s’inscrit  dans l’histoire de la création.

Mais là où le musée réussit avec brio c’est en combinant cette dimension créative à une mise en avant du fonctionnement d’une des plus grandes maisons de haute couture de l’histoire. D’abord en se concentrant sur la rigueur de travail d’Yves Saint Laurent comme en témoigne notamment la salle “Histoire d’une collection”. Ensuite en mettant en avant toutes les personnes, les savoir-faire et les métiers qui entouraient le génie créatif. Une pièce “Les coulisses de la maison de couture” leur est d’ailleurs consacré. On a l’occasion de visionner de courts films qui mettent en lumière tous ces acteurs qui ont fait de cette maison une réalité.

C’est la combinaison des ces deux réalités qui fait aujourd’hui du travail d’YSL un patrimoine, un patrimoine français, muséal et surtout universel.

Ensemble de soir long / Hommage à Georges Braque, 1988
Ensemble de soir long / Hommage à Georges Braque, 1988

Hommage à l’amour

On achève la visite de ce musée par la salle “Les fantômes esthétiques” et le visionnage d’une conférence donnée par Yves Saint Laurent à l’occasion de la fermeture de sa Maison de Haute Couture en 2002. ” (…) j’ai compris que la rencontre la plus importante de la vie était la rencontre avec soi-même (…)”. Sur fond de la musique du film l’Amour fou, après un voyage à la découverte du génie créatif, de la modernité, de l’élégance, du savoir-faire. Entouré par des robes “hommage à” Pierre Bonnard, Pablo Picasso, Georges Braque et Piet Mondrian, on achève cette visite rempli de quelque chose de profondément poétique, une juste touche de nostalgie mais une envie de regarder vers l’avenir. C’est une visite qui touche à quelque chose.

Le museum shop qui offre des articles presque exclusivement consacrés au travail LOVE d’Yves Saint Laurent rappelle bien là une intention du musée, c’est une histoire d’amour, ce sont des histoires d’amour dont il est ici question.

"Love" - YSL Museum Shop
“Love” – YSL Museum Shop